Qu’en est-il du « secret » de la confession ?

Le prêtre qui entend une confession est obligé à un secret absolu. Ce secret est inviolable. Personne ne peut le lever : ni l’évêque, ni le pape, ni un juge. L’Eglise a toujours tenu ferme cette règle pour préserver la grande liberté nécessaire pour vivre ce sacrement.